• lundi , 3 avril 2017

Les rencontres entre étudiantes fauchées et hommes riches et génereux

Le site qui n’en finit plus d’être la cible de la vindicte médiatique c’est l’américain Seekingarrangement. La plateforme de rencontre favorite des Sugar Daddies et Sugar Babies est une fois de plus accusée de favoriser la prostitution des jeunes femmes…

daddysugar
Cette fois, c’est le magazine Terrafemina qui surfe sur la vague accusatrice et soi-disant féministe, en titrant sans complexe : « Comment le Web autorise la prostitution légale et consentie. »

 
Liberté…
Le premier hic c’est qu’en France la prostitution est légale, tout simplement parce chaque citoyen a le droit de disposer librement de son corps, y compris pour vendre des services sexuels, c’est une liberté protégée par notre constitution…

Ensuite, je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’espère bien s’il s’agit vraiment de prostitution, qu’elle est consentie, ça me gênerait beaucoup qu’elle soit forcée parce qu’alors, nous parlerions ni plus ni moins que d’une forme d’esclavagisme comme le subissent tous les jours dans nos rues certaines péripatéticiennes malgré elles…

Gageons qu’il s’agit là d’une maladresse de langage, que ce qui est visé et qui dérange, c’est la notion d’arrangement et de consentement mutuel sur laquelle repose le concept de seekingarrangement… Oui mais, au nom de quoi peut-on se permettre de juger ou d’intervenir dans un « arrangement » mutuellement satisfaisant pour les deux parties et qui n’en lèse aucune ?
Non, le Web n’autorise pas plus la prostitution qu’il ne permet à des gens tout à fait honorables de s’y rencontrer, pour ensuite se lier ou même convoler par amour ou par « raison ». Aussi vrai que ce qui arrange un couple et les unit ne regarde qu’eux seuls…

Avec un grand sens de la formule et beaucoup de malice, Allan Pease* a osé écrire il y a peu : « Le sexe est le prix que les femmes paient pour se marier. Le mariage est le prix que les hommes paient pour avoir du sexe ». On pourrait dire que c’est une vision cynique de la réalité mais alors, qu’est-ce qui de nos jours maintien ensemble des couples sans amour ? Le respect des conventions sociales et des « bonnes mœurs » ou le goût pour un certain confort ?

 
Egalité…
Au risque de choquer mais, à moins d’admettre qu’il y ait deux poids et deux mesures, ne devrait-on pas estimer qu’il s’agit-il là aussi d’une forme de prostitution, simplement « légalisée » par un mariage qui n’a plus rien d’amoureux ?

Tout ce foin qui est fait autour de l’arrivée en France de Seekingarrangement ne fait qu’éclairer le rapport trouble que nous entretenons encore entre la consommation tarifée du sexe et les interdits moraux auxquels certains se raccrochent, comme pour mieux oublier nos rapports à l’économie.

 
Fraternité…
Nul doute que tous les jeunes gens contraints à choisir entre l’abandon de leurs études faute de moyens et, la chance de les poursuivre grâce à un « arrangement » privé – fût-il une forme de prostitution- doivent avoir les oreilles qui sifflent devant la stridence des contradictions du discours « bien-pensant » et les valeurs d’une société qui les a mis dans cette situation…

*Allan Pease, expert du body language et auteur de bestsellers : « Pourquoi les hommes n’écoutent pas et les femmes ne peuvent pas lire les cartes » (2005) ; « Pourquoi les hommes veulent du sexe et les femmes ont besoin d’amour » (2009) ; etc.

Related Posts

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz