• lundi , 26 juin 2017

Le marché de la rencontre vivifié par la géolocalisation

Le marché classique de la rencontre avec des sites comme Meetic est bousculé par de nouvelles applications pour smartphones, ludiques et gratuites, dont l’atout est de permettre de passer très rapidement de l’écran au contact réel.

apps-rencontres

Une attente du marché

De nombreuses personnes se lamentent d’une vie amoureuse terne et déserte, alors même qu’elles n’ont pas le temps de sortir draguer. Pour autant, elles se méfient des sites de rencontres classiques, ne voulant pas se laisser piéger par d’éventuels importuns et menteurs ou trouvant qu’elles nécessitent trop de temps pour connaître concrètement la personne. Pour elles, de nouvelles applications ont donc vu le jour, telles que Tinder, une application qui permet de repérer les célibataires en quête de l’amour près de l’endroit où l’on se trouve. Si deux inscrits s’envoient un « like » mutuel, ils peuvent alors se mettre à discuter par messages interposés, puis passer très rapidement du virtuel au réel, puisqu’ils sont tout proche l’un de l’autre.

Un usage en pleine expansion

La voie fut ouverte en 2009 avec Grindr, une application pour les gays, qui fut un coup de tonnerre pour les chercheurs de « plans cul » ; dès sa première année, elle affichait ainsi 4 millions de membres. Les concurrents s’engouffrent alors sur cette voie : en 2012, le groupe IAC, propriétaire de Meetic et leader mondial de la rencontre met en place l’appli Tinder, pour tout public. En à peine deux ans d’existence, les applications de rencontres se sont fortement développées chez les 20-35 ans. Tinder, le leader américain, compte 50 millions d’utilisateurs, tandis que l’allemand Lovoo en revendique 30 millions et le français Happn, 4 millions. Cette forte concurrence a d’ailleurs obligé les sites pionniers à s’étendre en direction du mobile. Selon les chiffres de l’IFOP, 18% des Français ont déjà eu recours à ce type d’application, soit trois fois plus qu’en 2012. Elles ont plusieurs avantages : elles sont faciles à utiliser, gratuites et surtout recourent au GPS du téléphone pour repérer les inscrits dans un périmètre restreint, ce qui permet de passer très rapidement du premier contact à la rencontre physique ; n’oublions pas que dans plus de deux tiers des cas, la relation sexuelle est la première motivation à cette quête de célibataires.

Simplicité et proximité comme avantages

Sur Tinder, il est très facile d’entrer en contact avec un autre membre : un simple glissement du doigt sur l’écran permet de ranger les photos des utilisateurs en deux catégories, l’une à gauche pour l’écarter, l’autre à droite pour la sélectionner. Si deux utilisateurs se choisissent, on parle alors de « match ». Il y en aurait, selon Sean Rad, son cofondateur, 26 millions par jour. En outre, la proximité va souvent de pair avec de multiples affinités. Selon lui en effet, les habitants d’un même quartier ont généralement tendance à se ressembler. Happn utilise ce même critère de la proximité, en se montrant toutefois plus sélectif, présentant en priorité des inconnus plusieurs fois croisés récemment. Quant à Loovo, il signale les célibataires sur un écran radar.

Des applications lucratives

Le business n’est pas en reste. Ainsi, Tinder, initialement gratuit, vient de lancer un abonnement à 10 dollars par mois. La gratuité n’est plus possible à partir de 50 profils sélectionnés en 24 heures : l’application se bloque. De quoi mettre à cran les plus assidus et les obliger à mettre la main au portefeuille. Happn permet aux hommes, pour quelques euros, d’envoyer des alertes aux femmes qui ne les auraient pas (encore) remarqués ; le cofondateur Didier Rappaport espère ainsi rentabiliser son application d’ici fin 2016.

Le maintien dans la concurrence des sites historiques

Néanmoins, ces petits nouveaux ne sont pas encore en passe d’éclipser les anciens acteurs du marché de la rencontre. Le directeur de Meetic Europe, Alexandre Lubot, souligne ainsi que la version mobile de son site représente en France 60% des connexions. Il existe en outre une option de géolocalisation, qui est utilisée par près de la moitié des membres. Par ailleurs, depuis deux ans, le site organise des soirées de célibataires dans des bars, pour des rencontres en direct.

Related Posts

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz