• mercredi , 12 décembre 2018

A l’opposé de la femme cougar … La femme piranha

Après la femme cougar, voici maintenant la femme… pirahna. Dans le règne animal, la femme se fait une place de plus en plus féroce, disons-le ! Mais qui est-elle ? D’où vient-elle ? Pourquoi ce nouveau titre, réducteur de surcroît ?

A la recherche d’homme vieux et riche

Cette jeune demoiselle est jeune, belle et vénale car à l’inverse des femmes dites « cougars » qui se tournent généralement vers des hommes plus jeunes qu’elles, ici les « piranhas » se tournent vers des hommes plus vieux mais surtout plus riches. La piranha est un nouveau poisson vorace dont il faudrait se méfier comme de l’eau qui dort : par ses charmes ovipares, par ses attraits elle subjugue, la femme piranha jette son dévolu sur un vieil homme riche et lui fait un enfant. A l’abri durant quelques temps, comme un poisson qui dort mais qui reste à l’affût, elle reprendra le contrôle de la situation et abusera de la situation financière du cher vampirisé. Voilà à peu près la description telle qu’on peut la faire de nos jours. Ceci n’est pas bien nouveau : des exemples de ce type existent depuis toujours, seulement aujourd’hui, on peut apposer un nom sur ces femmes d’un nouveau genre.

Une femme vorace prête à tout

Un nouveau risque de dérive, de dénonciation, de cliché qui se répandra aussi rapidement que la cougar s’est introduit dans notre langage courant. Mais ces femmes qui s’attaquent aux vieux bonshommes plein d’argent, sont -elles vraiment mauvaises et voraces ? Et ces hommes, sont-ils réellement des victimes si naïves ? La femme pirahna, ce poisson prédateur, prête à tout pour quitter sa situation, prête à user de ses charmes pour envenimer l’espèce masculine, cette croqueuse d’hommes de pouvoir et d’argent est là, partout, dans l’attente au bar d’un hôtel de luxe, dans un grand restaurant, dans les magasins de haute couture. Elle guette. Armée d’un décolleté, d’un sourire ravageur, d’oeillades coquins et discrets, la femme pirahna convoite.

Related Posts

Comments are closed.