• lundi , 21 août 2017

Un Q.I. plus élevé chez les femmes aux fesses rebondies?

Depuis octobre dernier bon nombre d’articles font courir le bruit que les femmes aux fesses généreuses seraient plus intelligentes que la moyenne car, la graisse stockée dans leur popotin serait bourrée d’oméga 3, lesquels seraient bénéfiques pour leurs cervelles et celles de leurs enfants…

seflie11

A l’origine du buzz, un article d’ABC News relayant les résultats d’une étude réalisée par l’Université d’Oxford et le Churchill Hospital…

C’est là que le bas commence à blesser : ayant la chance de lire l’anglais, j’ai usé mes yeux sur l’article en question et, s’il est bien question du rapport statistique existant entre l’IMC*, la localisation des graisses corporelles et les maladies cardio vasculaire ou le diabète, le QI des participants n’est jamais évoqué. Pas plus d’ailleurs que celui des rejetons des belles fessues… !

En forme de pomme ou de poire…

En fait, l’étude parue dans le Journal of Obesity évoque l’innocuité des graisses stockées dans la partie basse du corps, au contraire de celles accumulées en partie haute, notamment au niveau du ventre. Le Dr R Kushner, spécialiste de l’obésité, précise que les graisses ventrales sont métaboliquement plus actives et libèrent plus de cytokines susceptibles d’engendrer une résistance à l’insuline et d’entraîner un diabète. Il déclare également qu’il est impossible de diriger la graisse dans une partie du corps plutôt qu’une autre car, c’est la génétique qui décide…si vous serez pomme ou poire !

Enfin, les scientifiques rappellent que rien ne prouve qu’avoir la cuisse ou la fesse grasse soit meilleur pour la santé qu’être simplement mince…

Et le QI des participants dans tout ça ?

Tout comme les oméga-3, ces fameux acides gras polyinsaturés, ils brillent par leur absence ! Par contre, tous deux ont fait l’objet d’autres études, dont une parue en automne qui soulève l’absence d’effets « cognitifs » de nos acides gras préférés. Pour faire court, ils ne nous rendent pas plus intelligents, ils nous évitent seulement de devenir séniles trop vite…

Même notre agence française de sécurité sanitaire rappelle que des doses trop élevées d’Oméga 3 engendrent des risques de peroxydation et, soumettent nos cellules aux attaques des radicaux libres**qui, tout le monde le sait, altèrent notre joli teint, attaquent l’ADN des cellules, etc…

Les formes de l’intelligence : the mind of big butt !

Le cul, ça rapporte toujours !Et ce n’est pas Kim Kardashian, la reine des « big butt » qui va me contredire ! Pas plus que Jen Selter, heureuse propriétaire d’une paire de fesses joliment bodybuildées et hyper médiatisées, totalisant plus de 3 millions d’abonnés rien que sur Instagram…

Au passage, si vous regardez bien la superbe croupe opulente de Jen Selter, vous n’y découvrirez aucun capiton mais de beaux muscles fessiers bien ronds. Quant à son QI, même s’il n’y a pas de consensus sur la définition de l’intelligence, il est indéniable que la belle fessue a sauté sur l’opportunité d’exploiter ses formes et ça, c’est bien une forme d’intelligence… !

Le fruit défendu…

Quoi qu’il en soit, on en a tous vu, on en a tous un et, qu’il soit plantureux ou discret, c’est la manière de s’en servir qui compte. Cul pommé ou en goutte d’eau, aux yeux de votre partenaire, il sera toujours le plus beau au moment crucial de l’honorer !

*IMC : indice de masse corporelle
** Afssa-Saisine n°2007-SA-0169 évaluation du fondement scientifique des allégations relatives au fonctionnement cérébral, à la mémoire et la vision pour une matière grasse enrichie en oméga 3. Afssa Juin 2003 : Acide gras de la famille Oméga 3 : intérêt nutritionnel et allégations

Related Posts

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz