• dimanche , 2 avril 2017

Snapchat, application révolutionnaire ou vrai bad-buzz ?

Le concept semble à la fois simple et novateur : Snapchat est une application permettant d’envoyer des photos ou des vidéos éphémères, sensées s’autodétruire 10 secondes après avoir été vues par votre correspondant.

snapchat

Toute l’originalité d’un principe qui prend le contre-pied des insondables archives internet, semble lutter contre l’inévitable fatalité de l’enregistrement obligé…

Une idée si séduisante qu’elle rencontre un succès immédiat lors de son lancement en 2011 par les deux jeunes étudiants de Stanford qui l’on créée. Dès le second mois ce sont près de 60 millions de photos qui sont ainsi échangées chaque jour, aujourd’hui c’est entre 350 et 400 millions… Plus que Facebook qui n’en fait que 200 millions par jour !

Snapchat fait un carton chez les 13/25 ans, ravis de pouvoir se dévoiler sur un blob* sympa, de montrer ce qu’ils font, ce qu’ils éprouvent dans l’instant présent. Plus de poses ou de mise en scène, c’est du direct, du live qui garantit le vrai, la sincérité de l’instantané et surtout, l’assurance qu’il n’en restera aucune trace, aucun enregistrement.

L’aspect éphémère de ce partage rassure tant, que l’on trouve bientôt autant de gentils petits clichés souriants que d’images franchement crues et pornos. D’ailleurs, très vite dans le classement des types de fichiers échangés, c’est le sexting qui décroche la palme.

Résultat, en fin d’année Facebook faisait une offre d’achat de 2.2 € milliards à Snapchat et Google renchérissait à hauteur de 4 milliards de dollars…

Mais voilà, alors que le New Yorker se fendait d’un joli papier pour saluer une initiative dont la vertu première serait le respect de la notion de vie privée en supprimant nos traces numériques, patatras ! Un petit groupe d’australiens curieux s’en mêle…

Les vilains hackers « white hat** » ont identifié une faille sur Google Android permettant de récupérer des Snaps censés avoir été effacés et, comme leurs alertes ne reçoivent aucun écho chez les dirigeants de Snapchat, ils décident de prouver leurs affirmations en publiant sur le net les données de 4.6 millions d’utilisateurs de l’application sur les 8 qu’elle totalise.

Rassurez-vous comme ce sont en fait de gentils hackers, ils ont pris soin de masquer partiellement les numéros de téléphone, etc. Seulement ce n’est pas le seul hic, déjà un étudiant de l’Ohio est poursuivi pour avoir fait chanter des camarades grâce aux Snaps particulièrement chauds qu’il avait récupérés par de simples captures d’écran…

Toute la crédibilité actuelle de Snapchat repose sur l’assurance que les messages diffusés sont définitivement effacés… L’assurance, à priori pas la capacité de le faire ! D’ailleurs peut-on réellement croire que les informations qui parcourent -même un bref instant- les tuyaux numériques rejoignent le néant, s’effacent sans traces ?

Snapchat: Drague en ligne et photos sexy

selfie6

D’autres applications surfent sur la promesse d’un web anonyme comme Whisper (chuchotement) par exemple, un service qui permet de partager ses secrets anonymement et annonce fièrement 2.5 milliards de pages vues chaque mois. C’est dire à quel point nous avons paradoxalement besoin, et de nous exposer et, de préserver notre intimité…

Alors, dans un environnement où notre trace numérique nous suit dans chaque pas de notre vie, ne croyons pas trop vite que la fonction « Supr » efface tout, n’oublions pas que Blob finalement ça veut dire « tache » et qu’il y en a qui résistent aux meilleures lessives… Un web éphémère et à l’abri des regards indiscrets n’arrange personne finalement, tant les enjeux financiers sont importants…

 Site web: http://www.snapchat.com

** hackers « blancs » ceux qui dénoncent les failles sans les exploiter

*Blob : fichier de données brutes immuables (littéralement : tache)

Originally posted 2014-03-12 22:07:01.

Related Posts

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz