• dimanche , 2 avril 2017

Les rencontres dédiés aux Sugar Daddies s’exporte en France !

Il aura suffi qu’un site de rencontre dédié aux Sugar Daddies & Sugar Babies s’exporte dans notre beau pays, pour que les langues se délient et que les amalgames fleurissent.

sugardaddy

Se faire payer ses études par un Papa Gâteau – ou une Maman !- est une solution que certains jeunes gens trouvent avantageuse…

Concept commercial pour « arrangement » privé

Si l’idée d’appliquer ce filon bien particulier à la rencontre 2.0 semble bien provenir des States, la pratique quant à elle existe depuis toujours, elle était simplement plus discrète et, peut-être moins facile à mettre en œuvre jusqu’ici.

Le concept est on ne peut plus simple : offrir les services d’un site de rencontre à une clientèle exclusivement composées d’hommes (ou de femmes) mûrs et riches, recherchant la « compagnie » de jeunes femmes (ou de jeunes hommes !) moyennant un « arrangement » passé entre adultes avertis et consentants…

Adultes, avertis et, consentants, trois mots censés garantir le respect des individus, de leurs idées, de leur culture, de leur façon de vivre… Trois mots qui brusquement dérangent, dès qu’il s’agit de sexe ou plus exactement ici, d’un accord tacite entre deux personnes qui y trouvent leur compte.

Il est bien évident que l’arrangement en question peut aussi bien consister en du « social time », c’est à dire de la compagnie pour une sortie, une soirée…, qu’en du « sexual time » et pourquoi pas, prendre le chemin d’une romance…

Sugardaddy.fr, bien qu’il ne soit pas le seul à exploiter ce segment est – leader oblige ! – vilipendé par certains féministes l’accusant de favoriser la prostitution des étudiants, attaqué par tous ceux n’ayant probablement jamais connu de fins de mois vraiment difficiles et, préférant critiquer les mœurs d’autrui pour mieux oublier le rôle joué par une société en crise aussi bien économique que morale…

L’arrivée sur notre sol d’un site comme celui-ci semble révéler au grand jour ce que beaucoup préférerait maintenir dans l’ombre car, il ne s’agit plus seulement de la faiblesse de la chair : d’une part, la précarité est une réalité pour beaucoup et notamment pour un bon nombre d’étudiants, d’autre part les « arrangements » de cette nature existent, ailleurs que dans les livres d’histoire…et, ailleurs que sur les campus américains !

La prostitution estudiantine
Même si le coût d’un cursus universitaire en France est moins élevé qu’aux USA (10/15 000€ vs 60 000$) et, si le petit job étudiant est devenu une quasi obligation pour la plupart, ils sont bien souvent obligés d’en cumuler plusieurs… Ajoutons à cela qu’il y a plus d’étudiants que de jobs disponibles, où vont-ils chercher le financement de leurs études quand le budget familial se réduit de plus en plus à une peau de chagrin ?
 
Même difficilement quantifiable, la prostitution estudiantine est une réalité : le syndicat SUD-Étudiant avance le chiffre de 40 000 étudiants français concernés. Une étude lancée en 2011/2012 à Montpelier portant sur 1800 répondants, révèle que 4% d’entre eux ont déjà été payé pour un acte sexuel et que, 52.3% considèrent que c’est un moyen de sortir de la précarité…
 
Brandon Wade, fondateur de seekingarrangement.com, ne mâche pas ses mots, crument réaliste il déclare : « les gens sont intéressés par l’argent et le sexe… (…) Les gens espèrent rencontrer quelqu’un qui les attire sur le plan chimique dans le but d’une relation sexuelle. » Or, le but d’un site de rencontre, c’est ni plus ni moins que vendre un service de mise en relation de personnes qui se sont volontairement inscrites pour en bénéficier.
 
Au bout du compte, qu’est-ce qui est le plus immoral, voir des jeunes gens obligés de choisir entre la prostitution et l’abandon de leurs études ou, un modèle de société en crise qui les contraint à ce choix ?
Ce qui explique l’existence d’un site comme seekingarrangement ou d’autres comme sugardaddy.fr, c’est notre modèle économique en quête éperdue de croissance où le sexe est un consommable comme un autre… Qu’ils facilitent ou non certaines formes de prostitution n’est peut-être pas vraiment le fond du problème…

Related Posts

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
wpDiscuz